jeudi 20 avril 2017

Poussins de Pâques

Pour Pâques, j'ai voulu essayer quelque chose de nouveau et de ludique en cuisine, et j'avoue ne pas avoir été déçue du résultat !

Voici un aperçu en photo. Dommage que ça se mange aussi vite, après le temps que ça m'a pris à réaliser... Vous pouvez trouver une recette par ici (très facile à faire, mais un peu long).



Œufs poussins dans leur nid


En fouillant un peu, j'ai trouvé d'autres recettes à base d'œufs durs détournés qui m'ont donné envie de les tester :


- Des bonhommes de neige
- Des souris
- Des cocottes

... et j'en passe !


Je ne peux pas faire ça tous les jours, bien sûr, mais faire un effort de présentation originale pour les jours de fête, j'aime bien l'idée :-)



mardi 28 mars 2017

Jeux et humour - CSJ #13

Depuis quelques temps, j'ai retrouvé mon humour, que j'avais l’impression d'avoir perdu.
Je m'autorise de nouveau à rire de tout et de rien et je le fais même volontairement dans des situations inhabituelles ou inconfortables pour moi, dans le but de créer une distance vis-à-vis des évènements qui me touchent.
Je le fais depuis quelques mois dans mes relations de couple, et je trouve que ça nous apporte de l'air, ce dont nous avions besoin.
Cette semaine, je profite du défi d'Ago pour essayer de plaisanter un peu plus avec ma fille. Je me suis aperçue qu'elle avait acquis un certain sens de l'humour en grandissant. Je voudrais lui montrer que ça peut lui servir à dédramatiser les situations qui lui paraissent compliquées.








Ce billet est ma participation de la semaine au projet d'Agoaye « En 2017, je... » (cliquer pour voir les explications)

Retrouvez les participations des autres blogueurs pour cette semaine ici.
Remarque : J'ai « sauté » plusieurs semaines du défi pour tout un tas de raisons. Je conserve la numérotation d'Agoaye, pour éventuellement pouvoir compléter les thèmes que j'ai ratés ultérieurement si j'en ressens l'envie...

mardi 7 février 2017

Pâte à sucre - CSJ #5

Pour l'anniversaire de Mistinguett, j'ai dû faire deux gâteaux à 2 jours d'intervalle car elle a fêté son anniversaire à la maison le samedi avec ses amis puis à l'école le lundi suivant, en classe.

Mistinguett voulait un gâteau-robot, mais je n'avais pas de moule adapté, alors nous avons cogité pour tricher... 
Un peu de glaçage, quelques bonbons pour la déco, le tout saupoudré de noix de coco pour cacher les défauts...
Pour un premier glaçage avec colorant, je le trouve pas trop raté :-P








Et pour le jour de l'école, j'ai testé la pâte à sucre, que je n'avais encore jamais osé acheter, faute de temps ou d'occasion.



La pâte à sucre, avant la confection, ça ressemble à ça :








Et après un aplatissage quelque peu laborieux et un peu d’imagination, ça donne ça :










Pour une première, je suis fière de ma transformation !




Ce billet est ma participation de la semaine au projet d'Agoaye « En 2017, je... » (cliquer pour voir les explications)

Retrouvez les participations des autres blogueurs pour cette semaine ici.









mardi 31 janvier 2017

Honorer ses défis - CSJ #4

Cette année scolaire a démarré sur les chapeaux de roues pour moi, ou plutôt, elle a démarré sans moi, tellement j'étais au fond du trou...

Pour me relever, j'ai pris plusieurs mesures et initiatives, auxquelles j'essaie de me tenir, avec pas mal de succès (et j'en suis fière !).

Entre autres, j'ai décidé :

  • De faire du sport (un peu)  : Je vais à la piscine une fois par semaine, toutes le semaines depuis le mois de novembre.
  • De m'occuper un peu plus de moi : Je me suis racheté du maquillage (ça faisait bien 10 ans que je n'avais pas mis ne serait-ce que de l'ombre à paupières)
  • De prendre plus de temps pour mes loisirs : crochet, lecture, musique
  • De renouer avec l'écriture sur mon blog : Les défis d'Agoaye sont un véritable boost pour moi, et je suis très fière d'arriver à m'y coller, toutes les semaines, même si j'avoue que cette semaine, ça a été un peu plus dur...

En bref, je suis très fière d'honorer mes défis personnels du mieux que je peux !




Ce billet est ma participation de la semaine au projet d'Agoaye « En 2017, je... » (cliquer pour voir les explications)

Retrouvez les participations des autres blogueurs pour cette semaine ici.








J'ai lu « La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel »

Parmi mes bonnes résolutions déjà mises en pratiques (avant même le début d'année), j'essaie de consacrer plus de temps à la lecture dans mon temps libre. Donc, j'emprunte un peu plus souvent des livres à ma médiathèque préférée. 

En général, je la joue stratégique, et je fonce droit sur la table des « nouveautés », pour ne pas avoir à chercher dans les rayons. Mais, cette fois-là, j'avais un peu plus de temps devant moi, donc j'ai un peu erré au hasard dans les quelques rayons de la partie adulte (c'est une médiathèque de village, hein ;-) ).
Je suis tombée sur les couvertures colorées des livres de Romain Puértolas, avec ses titres interminables... J'avais déjà lu L'incroyable voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa, dont j'ai déjà parlé ici il y a quelques temps. C'est pourquoi j'ai été attirée par la brochette de livres de cet auteur alignés sur le rayon. J'avais bien aimé son humour décalé, sa manière de traiter de sujets graves ou du moins sérieux sans avoir l'air d'y toucher, cette façon d'écrire à prendre au 12ème degré tellement c'est déjanté...

Du coup, comme j'ai besoin de « feel good » littérature en ce moment (pour une fois que je suis la mode...), je me suis penchée sur les 4e de couverture pour faire mon choix.



Je n'ai pas envie de raconter l'histoire, mais je voudrai juste dire que ce livre m'a beaucoup plus émue que ce à quoi je m'attendais. Je trouve que ce titre est bien meilleur que Le fakir par bien des aspects. C'est toujours aussi déjanté, décalé et plein de « name-dropping » aussi, mais l'auteur sait aussi admirablement toucher notre corde sensible sans en avoir l'air, et sans pour autant tomber dans le pathos, comme j'ai pu le lire par endroit. C'est peut-être parce que la relation mère-fille dont il est question dans ce livre me touche directement, contrairement aux relations d'amitiés/amour développées dans Le fakir. Je ne sais pas, mais je le recommande vivement !